audiovisualwordsnews
News & Announcements
News
- Official BANDCAMP shop !
- JULY 2016 INFOS
- DIE FORM SPECIAL VINYL DAYS
- MARCH 2016 INFOS
- FEBRUARY 2016 INFOS
- JANUARY 2016 INFOS
- 2015-2016 News & Gift
- DECEMBER 2015 INFOS
- NOVEMBER 2015 INFOS
- OCTOBER 2015 INFOS
- SEPTEMBER 2015 INFOS
- AUGUST 2015 INFOS
- JULY 2015 INFOS
- MAY 2015 INFOS
- APRIL 2015 INFOS
- DANKE BERLIN !
- FEBRUARY 2015 INFOS
- JANUARY 2015 INFOS
- HAPPY HOLIDAYS
- Thank you Antwerp !
- DECEMBER 2014 INFO
- NOVEMBER 2014 INFO
- PERFORMANCES
- NEW VIDEOS
- Danke ! Merci ! Thank you !
- SEPTEMBER 2014 INFO
- RAYON X
- RAYON X TRACKLISTS
- JULY 2014 INFO
- JUNE 2014 INFO
- APRIL 2014 INFO
- JANUARY 2014 INFO
- FALL 2013 INFO
- SUMMER 2013 INFO
- BMW Tate Live: Liu Ding
- MAY 2013 INFO
- APRIL 2013 INFO
- JANUARY 2013 INFO
- JANUARY 2012 INFO
- MAY-JUNE 2011 INFO
- JANUARY 2010 INFO
- JUNE 2009 INFO
- MARCH 2009 INFO
- NOVEMBER-DECEMBER 2008 INFO
- OCTOBER 2008 INFO
- JANUARY 2008 INFO
- JUNE 2006 INFO
 
Press Releases
- Philippe Fichot BioPhotoGraphie/y 2012
- DIE FORM / ExHuman
» THE VISIONARY GARDEN 2 book...
- DIE FORM / InHuman
- About InHuman...
- DIE FORM / Extremum/XX
- DIE FORM / Duality
- About Photogrammes...
- PHILIPPE FICHOT / Photographer Biography
 
Miscellaneous/Divers
- MACHINE Poesie - Book cover -
- SPARTAN DOG Magazine
- IL ROVETO Poesie - Book cover -
- POESIA DEL DISSENSO book cover
- AUDIO CASSETTES (Die Form & pseudonymes)
 
Channel: Press Releases | Published: Jul 13, 2004

THE VISIONARY GARDEN 2 book...
by Tony LEDUC-GUGNALONS



La photographie est cette aptitude à suspendre le flux assassin du temps. Plus que toute autre expression de l’art, cette captivité d’une lumière signifiante rend compte de l’obsessionnelle vanité de l’homme qui prétend saisir la vérité de l’instant et l’instant lui-même. Ce « coin de la création vu à travers un tempérament »1 est sublimé par l’intelligence de l’œil qui ne cherche pas tant à restituer le réel qu’à le composer. Ce ne sont point là les attributs usuels de ce Dieu créateur dont l’artiste est le prophète ; le photographe ne sera jamais ce grand horloger ordonnateur de la vie, mais le regard extralucide du poète – ce qu’il est avant tout – qui s’attache à rééduquer nos sens – et pas uniquement la vue – par l’émergence nouvelle d’une réalité temporairement dissimulée par l’apathique quotidien – regarder les choses, c’est en effet, finir par ne plus les voir. Le réel et le dédale qui le compose n’existent pas dans l’absolu ; c’est précisément la conscience que nous en avons qui actualisera ce potentiel de vie. La photographie serait donc à la fois l’art d’un présent duratif, la matérialisation subjective de l’idée et la réaffirmation d’une potentialité existentielle.

Si le recueil semble occulter cette dernière perspective, c’est qu’il exacerbe l’étude combinée du temps et de la condition humaine en variant les points de focalisation :
• l’art : le cliché saisit cet instant de rupture entre la fraîcheur de la mort qui fige la beauté et l’implacable seconde qui ouvre la voie à l’inexorable décomposition (photo p.2). Le temps n’est ici qu’un instrument au service d’une esthétique du vertige qui caresse en nous un illusoire désir nécrophile.
• l’idée : le temps est, dans ce cas, au cœur du processus de réflexion sur les fondamentaux de la condition de l’homme et elle constitue en outre un axe de définition des rôles prêtés à l’art en général. Le cliché est – nous l’avons montré – la geôle apparente d’un temps prisonnier qui se doit en théorie de faire état d’une nature immuable, éternelle et d’essence divine (photo p.98). Or, cette approche fantasmatique de l’art est balayée par l’artiste lui-même qui compromet ce désir naïf d’immortalité en fixant l’effroyable transparence de corps qui se décomposent et se fondent à la nature (photo p.12) en un composte tout à la fois synonyme de mort et de régénérescence : poussière tu redeviendras poussière (photo p.58). L’idée est que l’art n’est pas un vecteur de salut pour l’homme qui devra, en dépit de toutes ses illusions, mourir (photo p.5).
• la femme : sujet obsessionnel et récurrent, les femmes de ce jardin visionnaire semblent les maîtresses d’une servitude volontaire. En proie à une douleur proprement infligée, l’insolente sérénité de leurs yeux sacralise ces poupées quasi démembrées (photo p.29) dont les postures chirurgicales font de nous les témoins privilégiés d’une autopsie charnelle (photos p.38-39-40). Bourreaux érotisés de leur propre infortune, elles multiplient les douloureuses sophistications de leurs masturbations industrielles (photo p.71) et goûtent, enfin libérées du joug de l’éternel masculin et du dogme moralisateur (photos p.30-31-32), les plaisirs de la chair qui brisent – parfois – l’impassible froideur de ces corps étrangement intacts mais foudroyés par le temps suspendu. L’artifice mécanique n’est alors plus que le prolongement naturel du corps dont il devient un appendice sexuel externe et saillant (photo p.48), et constitue par là même une nouvelle négation de l’homme dont les attributs phalliques, qu’ils soient naturels (photo p.74) ou plastiques (photo p.17), se révèlent d’une pauvreté suggestive affligeante (photo p.68 vs photo p.50). Plus grave, l’objet semble doué d’une conscience résolument esclave des plaisirs de la femme, et n’hésite pas , le cas échéant, à se retourner contre son ennemi héréditaire (photo p.69).

Le recueil apparaît en définitive comme la tentative perfide d’extraire la femme d’un système social où elle s’efface devant l’homme. Perfide car l’alternative qui lui est offerte trouve sa réalisation non seulement dans cette rupture revendiquée d’un schéma culturel que l’on croyait figé, mais aussi et surtout dans cet abandon, en apparence autodestructeur, qui mêle à la souffrance, le plaisir. Ce désir vertigineux répond à la sollicitation d’une liberté individuelle pleinement réalisée et à l’affirmation de soi. La femme n’est plus cette conscience amorphe et mielleuse, esclave d’un conformisme social qui l’avait tenue jusqu’à présent endormie. Désormais responsable de son propre destin, elle désire, souffre, jouit, et finit par être l’homme qu’elle n’a jamais été.

(Tony Leduc-Gugnalons)
______________________________

1 Emile Zola
______________________________


• The Visionary Garden 2 book & CD is still available (standard and box-set editions) at :
ULTRA MAIL PROD / Yuen Kim Wah (ultramailprod@yahoo.com.hk)
14/F., FLAT B, MEI TUNG BUILDING,
17-19, SAI WAN HO STREET
SAI WAN HO
HONG KONG